APD/GBA - 02/2021

From GDPRhub
APD/GBA - 02/2021
LogoBE.png
Authority: APD/GBA (Belgium)
Jurisdiction: Belgium
Relevant Law: Article 6 GDPR
Article 20 GDPR
Article 21 GDPR
Type: Complaint
Outcome: Partly Upheld
Decided: 12.01.2021
Published: 12.01.2021
Fine: 10000 EUR
Parties: n/a
National Case Number/Name: 02/2021
European Case Law Identifier: n/a
Appeal: Unknown
Original Language(s): Dutch
Original Source: APD/BGA (in NL)
Initial Contributor: n/a

The Belgian DPA (APD/GBA) imposed of fine of €10,000 on a music company for not transferring the fanpage of the musician to him/her after exercising the right to data portability (Article 20 GDPR) and right to object (Article 21).

English Summary[edit | edit source]

Facts[edit | edit source]

After a contractual relationship with the music producer who owned the Facebook fanpage of the musician, the latter wanted to get back control of this page. The DPA had already issued an order to transfer the page on the basis of data portability but the order was annulled by the Court of Appeal. The litigation chamber of the DPA issued this second decision after the page was finally transferred to the musician.

Dispute[edit | edit source]

- Is data portability applicable here ?

- In this context, are all the data of the fanpage to be considered as personal data concerning the musician ?

- Is a fanpage necessary to perform a music contract with an artist the producer or manager (the decision does not further qualify the defendant in this case).

Holding[edit | edit source]

Data portability can extend to all data of the Fanpage since they "relate" to the artist. The performance of the contract with the artist does not make it necessary to maintain a Fanpage on behalf of the artist. Therefore, on the artist can get his page back in the absence of other contractual agreement specific on this point.

For not having cooperated with the musician, not having answered to the complainant in a timely manner and having even suspended the Fanpage instead of having transferred it directly, the defendant is fined 10000 euros.

It is also reminded through a warning to the manager of the defendant that he/she should answer to the request of the artist to exercise their right of portability.

Comment[edit | edit source]

Share your comments here!

Further Resources[edit | edit source]

Share blogs or news articles here!

English Machine Translation of the Decision[edit | edit source]

The decision below is a machine translation of the Dutch original. Please refer to the Dutch original for more details.

Décision sur le fond 02/2021-1/26
Chambre de règlement des litiges
Décision sur le fond 02/2021 du 12 janvier 2021
Référence du dossier : DOS-2020-01192
Objet : Plainte concernant la gestion d'une page de fan sur Facebook sans le consentement de la personne concernée
de la personne dont le nom figure sur la page
La chambre des litiges de l'autorité de protection des données, composée de M. Hielke
Hijmans, président et MM. Dirk Van Der Kelen et Jelle Stassijns, membres ;
vu le règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016
relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel
données à caractère personnel et sur la libre circulation de ces données et abrogeant la directive
95/46/CE (Règlement général sur la protection des données), ci-après dénommé le GAV ;
Vu la loi du 3 décembre 2017 instituant l'autorité de protection des données, ci-après
WOG ;
vu le règlement intérieur, tel qu'approuvé par la chambre
Représentants le 20 décembre 2018 et publié au Moniteur belge le
15 janvier 2019 ;
Compte tenu des documents versés au dossier ;
.
.
.
Décision sur le fond 02/2021 - 2/26
a pris la décision suivante sur :
- Mme x , représentée par Philippe Billiet, ci-après "le plaignant", contre
- M. y1, ci-après "le premier défendeur", et la société y2, ci-après "le second
Défendeur", conjointement dénommés "les défendeurs", tous deux représentés par Mme Caroline
Curtis.
1. Champ d'application de la procédure
1. L'affaire a été portée devant la Chambre du contentieux à la suite d'une plainte contre les défendeurs, en vertu de l'article 92, 1° WOG.
les défendeurs, conformément à l'article 92, 1° WOG. L'objet de la plainte concerne
les aspects concernant la protection des données à caractère personnel dans le cadre de (la gestion de) la page de fans de Facebook.
une page de fans sur Facebook. Aucune enquête n'a été demandée par la chambre de règlement des litiges à la
Inspection visée à l'article 94, 1° WOG. La chambre du contentieux examinera les éléments du dossier
les éléments du dossier qui ne sont pas liés à l'objet de la plainte initiale.
décision.
2. Faits et procédure
Faits
2. La plainte concerne le traitement des données à caractère personnel du plaignant via une page de fan sur
Facebook qui porte son nom et son prénom. Il s'agit notamment de la page des fans qui se trouve
via l'hyperlien [...].
3. La plainte est accompagnée d'un document qui montre clairement que le nom de la page est le nom complet et le prénom du plaignant.
La plainte est accompagnée d'un document qui montre clairement que le nom de la page reproduit les nom et prénom du plaignant, et n'est donc pas limité aux initiales du plaignant, comme dans l'hyperlien
le plaignant, comme dans l'hyperlien de la page web.
4. Les droits de gestion de la fan page sont, selon le plaignant, attribués à au moins
l'un des contrôleurs communs. Le plaignant fait valoir que le traitement
Le plaignant affirme que le traitement n'est pas licite en vertu de l'article 6 de la LGE. Le plaignant demande que ces droits de gestion de la fan page
La plaignante souhaite que ces droits lui soient transférés afin qu'elle puisse gérer elle-même la fan page
la page des fans portant son nom et son prénom.
5. Le plaignant et le deuxième défendeur avaient, dans le cadre des activités artistiques professionnelles du plaignant
du plaignant sur une période de plusieurs années, des accords et des contrats étaient en place, dans le cadre desquels la gestion de la fan page
ce qui a donné lieu à la gestion de la fan page.
6. Le 5 mars 2020, la plaignante, représentée par son avocat, a déposé une plainte auprès de la
Autorité de protection des données. La plainte allègue d'éventuelles violations des articles 6, 7, 12
paragraphe 3, 20 et 21 AVG à identifier. Le plaignant demande à l'autorité chargée de la protection des données de lancer une
Le plaignant demande à l'autorité de protection des données d'ouvrir une enquête, de sanctionner les défendeurs et d'ordonner à ces derniers
transférer au plaignant les droits de gestion de la page de fan sur Facebook.
7. Le 10 mars 2020, la plainte a été déclarée recevable en vertu de l'article 58 de la Convention sur le droit d'auteur et a été
transféré à la Chambre de Résolution des Litiges conformément à l'article 62 § 1 WOG.
Décision sur le fond 02/2021 - 3/26
La procédure devant la Chambre des litiges
8. En application de l'article 95, §1, la Chambre des litiges a d'abord procédé à une "décision légère", à savoir la décision 14/2020 de la Chambre des litiges en date du 14 avril 2020, ci-après
Décision 14/2020.
9. La partie motivation de la décision 14/2020, stipule entre autres ce qui suit :
"La plaignante s'oppose à la gestion de la page de fans sur Facebook avec son nom et
prénom par les contrôleurs communs, et demande, entre autres, que le
droits pour la gestion de la page de fans.
Étant donné que l'objection du plaignant au traitement des données à caractère personnel, notamment
Compte tenu du fait que l'objection de la plaignante au traitement des données à caractère personnel, en particulier son nom et son prénom, est clairement formulée dans la plainte, la Chambre de règlement des litiges considère qu'il
suffisant pour s'adresser en premier lieu aux contrôleurs communs
pour les avertir de mettre fin à toute violation de l'AVG et de se conformer à la demande du plaignant.
à la demande du plaignant.
En ce sens, par souci d'exhaustivité, la Chambre du contentieux note que le plaignant invoque
son droit à la portabilité des données, conformément à l'article 20 AVG, et son droit
de s'opposer en vertu de l'article 21 de l'AVG. Elle ne souhaite pas que la fan page, et avec elle la
les données personnelles la concernant, soient supprimées sans plus attendre".
10. Le dispositif de la décision 14/2020 est le suivant
"POUR CES RAISONS,
la chambre de règlement des litiges de l'autorité de protection des données le décide :
- sur la base de l'article 58, paragraphe 2, a) de l'AVG et de l'article 95, §1, 4° de la WOG, la commission mixte
avertir les responsables du traitement commun qu'ils ne peuvent traiter aucune donnée à caractère personnel si cela n'est pas légal dans
traitement si celui-ci n'est pas licite conformément à l'article 6 de la LCA ; possible
les violations de l'AVG sont soumises à des sanctions conformément aux dispositions de la
AVG et WOG ;
- sur la base de l'article 58, alinéa 2, c) AVG et de l'article 95, § 1, 5° WOG, d'ordonner à la
ordonner aux contrôleurs communs de donner suite à la demande de la plaignante d'exercer ses droits au sens de l'AVG et de la WOG.
le plaignant à exercer ses droits au sens des articles 20 et 21 AVG. Le
La chambre de règlement des litiges ordonne aux contrôleurs communs de se conformer à cette demande dans un délai de
7 jours après la notification de cette décision ;
Décision sur le fond 02/2021 - 4/26
- Ordonner aux contrôleurs communs de notifier à la
Autorité de protection des données (Chambre de règlement des litiges) par courrier électronique que
l'ordonnance susmentionnée a été exécutée, au plus tard 14 jours après la notification de
cette décision (en utilisant l'adresse électronique [...]), et
- au cas où les contrôleurs communs ne se conformeraient pas aux dispositions ci-dessus en temps voulu
ci-dessus, pour traiter le fond de l'affaire conformément aux articles 98 et suivants des WOG.
traiter l'affaire sur le fond".
11. Le 21 avril 2020, les avocats des défendeurs ont déposé une demande d'appel
contre la décision 14/2020 devant la Cour des marchés, conformément à l'article 108, paragraphe 1, de la loi sur les marchés.
12. Considérant que les défendeurs - selon la procédure d'appel devant la Cour du Marché - se sont activement opposés à ce qui était
Vu l'opposition active des défendeurs à ce qui a été ordonné dans la décision 14/2020 et leur incapacité à
Compte tenu du fait que les défendeurs - comme en témoigne la procédure d'appel introduite devant le Tribunal de première instance - ont activement contesté les ordonnances rendues dans la décision 14/2020 et n'ont pas informé la chambre de règlement des litiges dans le délai
le dispositif de la décision 14/2020 avait été respecté, la chambre de règlement des litiges conclut alors que le
déduit alors que les défendeurs ne semblaient pas avoir l'intention de se conformer à cette injonction.
Par conséquent, conformément au dispositif de la décision 14/2020 et
sur la base de l'article 95, §1, 1° et de l'article 98 WOG, que l'affaire est prête à être entendue au fond.
traitement sur le fond.
13. Par lettre datée du 13 mai 2020, le plaignant et les défendeurs sont informés de la
décision de la Chambre de règlement des litiges de procéder à une audience sur le fond de l'affaire.
de l'entreprise. Cette lettre informe également les parties des délais pour la conclusion de la procédure.
Conclusion de la réponse des défendeurs
14. Le 24 juin 2020, les défendeurs déposent leur mémoire initial.
15. La Chambre de résolution des litiges précise que le premier défendeur est le gestionnaire du dossier du second défendeur, et que la correspondance entre le premier défendeur et le second défendeur provient du second défendeur.
La chambre du contentieux précise que le premier défendeur est le gérant du second défendeur, et que l'adresse de correspondance du premier défendeur est la même que celle du siège social du second défendeur.
siège social du deuxième défendeur.
16. Les défendeurs soulignent que le second défendeur, une société, "a, pendant de nombreuses années, dirigé le
projet musical [nom du projet artistique A] depuis de nombreuses années". Les défendeurs soulignent
à cet égard que, depuis 2008, le plaignant était l'"artiste/chanteur" de la
projet. Le second défendeur prétend également détenir "les droits de propriété intellectuelle sur les œuvres musicales" associées au projet artistique.
associé au projet artistique.
17. Selon le mémoire en réponse des défendeurs, le deuxième défendeur, dans le cadre de
la commercialisation, la vente et l'exploitation des œuvres musicales, a créé une page de fans sur Facebook
créé sous le titre "[...]". Dans le premier élément du mémoire en réponse que le
Défendeurs, la capture d'écran montre que le titre de la page de fans elle-même est le 
Décision sur le fond 02/2021 - 5/26
nom et prénom du demandeur.
18. Le mémoire en réponse des défendeurs indique que sur la page des fans, "les photos, les illustrations et les vidéos
sont affichés, ce qui inclut également les droits détenus par [le deuxième défendeur] en tant qu'investisseur
à cet égard. Des photos des spectacles du [projet artistique A] ont également été publiées sur cette page
[…]” Ainsi, selon la conclusion de la réponse, la page de fans ne poursuit que des "objectifs professionnels".
qui "ne concerne en aucun cas la vie privée de l'artiste".
Les défendeurs soulignent les différents litiges commerciaux que le plaignant a avec le second défendeur, ainsi que les litiges personnels.
Deuxième défendeur, ainsi que les litiges personnels avec le premier défendeur.
20. Les défendeurs soulignent également que le demandeur a toujours conservé les droits éditoriaux sur le
ce qui signifie qu'elle pouvait poster des messages ("posts") sur la page des fans, mais n'en avait pas
les droits de gestion sur la page de fans, qui permettent par exemple le transfert des droits éditoriaux ou des droits de gestion à d'autres personnes ou entreprises.
les droits de gestion de la page de fans à d'autres personnes ou sociétés.
à emporter.
21. Les défendeurs soulignent également que, concernant la même fan page, des poursuites ont été engagées devant
le tribunal dans les procédures interlocutoires.
22. Les défendeurs soulignent également que la fan page a été transférée au plaignant en avril, ce
En d'autres termes, ni le premier ni le second défendeur ne sont (plus) administrateurs de la fan page ;
les droits de gestion auraient été transférés dans leur intégralité au plaignant.
23. Les défendeurs "réclament [...] en ce qui concerne la plainte, l'infraction alléguée et la demande de sanction
Pour l'essentiel, rejeter la demande et la plainte du plaignant et constater qu'il n'y a pas eu
et] d'ordonner le licenciement des deux défendeurs ; en
ordonner la suspension de la procédure ou proposer une transaction.
proposer un règlement".
24. En ce qui concerne la demande de transfert des droits de gestion du demandeur, la
En ce qui concerne la demande de transfert des droits de gestion formulée par le plaignant, les défendeurs déclarent que "l'ASB n'est pas compétente en la matière" et demandent à la
Chambre de résolution des litiges "au minimum de rejeter cette demande comme non fondée et la plus subordonnée
à cet égard, de constater que cette demande est sans fondement".
25. Les moyens invoqués par les défendeurs :
1. Premier moyen : "les fonctions et les pouvoirs de l'ASB : détection des infractions, traitement des
données à caractère personnel et capacité des responsables (conjoints) du traitement".
Les défendeurs invoquent le fait qu'ils sont considérés à tort comme des
Les défendeurs font valoir qu'ils sont considérés à tort comme des contrôleurs communs dans la décision 14/2020.
Selon les défendeurs, seul le deuxième défendeur est un responsable du traitement des données, et
it et Facebook peuvent être considérés comme des contrôleurs communs au sens de l'article 26 de l'AVG.
de l'article 26 de l'AVG.
Selon les défendeurs, le premier défendeur "n'est en aucune façon en son nom propre le
administrateur de la page de fan en question, n'a jamais eu de droits de gestion et n'est jamais intervenu d'une quelconque manière dans
est intervenu en son nom propre".
Décision sur le fond 02/2021 - 6/26
Les défendeurs soulignent que lorsque des actions ont été entreprises par le premier défendeur, cela a été fait conformément à l'orga
défendeur, cela ne peut, selon la théorie de l'organe, qu'"être attribué à la personne morale elle-même et jamais à la
l'entité juridique elle-même et jamais directement à l'organisme".
En outre, les défendeurs affirment également qu'il n'y a pas de traitement des
les données personnelles du plaignant au sens de l'AVG, par aucun des deux
les défendeurs.
Les défendeurs déclarent : "en fait, il n'y a pas de données privées - ou personnelles - sur la page professionnelle en question et elle ne porte que le
page en question et elle ne porte que le nom [...] [pour
la lisibilité de la version pseudonymisée de la décision : c'est-à-dire l'identifiant contenant le
les initiales du nom et du prénom du plaignant, conformément à l'évaluation de la
Chambre des litiges infra], qui ne peut jamais être qualifiée de
données à caractère personnel".
2. Motif 2 : "droit à la portabilité - art. 20 LCA".
Les défendeurs font valoir que "tout bien considéré, il faut conclure que la
page en question sur Facebook n'a aucun rapport avec [le plaignant] en tant que
et ne contient pas non plus de données privées qui auraient été fournies par [le plaignant] en tant que personne privée.
le [plaignant] en tant que personne privée. Ses données personnelles ne seront pas utilisées
sans son consentement".
Les défendeurs soulignent en outre que la plaignante pourrait également poster elle-même des messages en tant que rédactrice
des messages sur la page des fans.
Les défendeurs soulignent également que l'article 20 de l'AVG prévoit que ce droit ne doit pas
les droits et libertés d'autrui, ce qui est le cas, selon les défendeurs, dans cette
ce qui, selon les défendeurs, est le cas en l'espèce, entraînant "une violation manifeste des droits de propriété intellectuelle en ce qui concerne
ce contenu", et en particulier pour le deuxième défendeur.
La conclusion souligne que le second défendeur "a fait des investissements substantiels pour créer ces œuvres musicales.
afin de créer ces œuvres musicales et de promouvoir [le plaignant].
... ces photos, vidéos et œuvres musicales sont utilisées sur la page en question et tout ceci [est] la propriété du défendeur.
et tout ceci [est] la propriété du [deuxième défendeur]".
Les défendeurs font valoir que l'article 20 AVG ne peut s'appliquer au transfert
des droits de gestion sur une page de fan sur Facebook, puisque ces droits de gestion ont été créés par la
Les défendeurs soutiennent que l'article 20 AVG ne peut s'appliquer au transfert de droits de gestion sur une page de fan sur Facebook, car ces droits de gestion ont été créés par le deuxième défendeur, et que le plaignant n'a donc pas lui-même fourni de données personnelles à cet égard au sens de l'article 20 AVG.
a fourni des données personnelles au sens de l'article 20 AVG.
3. Troisième moyen : "traitement licite des données à caractère personnel - article 6 de l'AVG
Les défendeurs soulignent qu'il n'y a pas de traitement illégal de données à caractère personnel via la fan page en question.
des données à caractère personnel ont été traitées par l'intermédiaire de la fan page en question, étant donné que le traitement effectué par le deuxième défendeur était
deuxième défendeur était nécessaire à l'exécution d'un contrat,
conformément à l'article 6, paragraphe 1, point b), de l'AVG.
A cet égard, les défendeurs déclarent que "par conséquent, le consentement de la 
Décision sur le fond 02/2021 - 7/26
demandeur] et il n'y a pas de traitement illicite de données à caractère personnel au sens de l'article
au sens de l'art. 6 LCA".
Dans la conclusion de la réponse (infra), il est ajouté à ce moyen que le traitement
des données à caractère personnel peut au moins être fondée sur les intérêts légitimes du deuxième défendeur, sur la base de l'article 6 de la
deuxième défendeur, sur la base de l'article 6, paragraphe 1, point f), de l'AVG. Les défendeurs renvoient
entre autres, aux liens contractuels antérieurs entre le plaignant et le second
Les défendeurs font notamment référence aux liens contractuels antérieurs entre le plaignant et le deuxième défendeur, et aux conséquences commerciales de la rupture du contrat à cet égard.
4. Motif 4 : "Violation de l'AVG ? Pas de preuve/justification - obscuri libelli".
Les défendeurs affirment qu'il n'y a "aucune preuve objective qui
pour suivre, et encore moins prouver, qu'il y a eu violation de l'art. 6-7-12(3)-(20-21) de l'AVG.
20-21 AVG".
Dans ce contexte, les défendeurs font valoir que la décision 14/2020 ne
ou des preuves des raisons pour lesquelles des infractions aux articles susmentionnés auraient été commises.
sont prétendument commises. En outre, les défendeurs font valoir que les
a eu des conséquences très importantes, puisque le plaignant pouvait entre-temps obtenir la page
page dans ses propres mains, y compris toute la musique, les images, les œuvres d'art, les contrats, etc. de [le deuxième défendeur].
le deuxième défendeur]".
Dans le mémoire en réponse (infra), les défendeurs précisent encore à cet égard qu'il y a
"manque de preuves" et que la plainte n'est pas claire et vague.
5. Motif 5 : "transfert des données du compte et des droits de gestion - sans objet".
Étant donné que les droits sur le compte ont été transférés au plaignant en avril, "la demande est au moins partiellement sans objet
au moins en partie sans mérite", selon les accusés. Le transfert de
était, selon les défendeurs, "manifestement injustifiée et [la deuxième
le défendeur] réclame la restitution des droits de gestion et des informations sur les comptes".
6. Motif 6 : "subordonné : suspension ou règlement".
Les défendeurs soulignent les "relations" entre les parties "et de nombreuses circonstances atténuantes
circonstances".
Ce moyen n'a pas été repris dans le mémoire en réponse (infra).
7. Septième moyen : "en relation avec la publication".
Les défendeurs demandent que la publication du jugement soit "anonymisée et
pseudonymiser".
L'argument de réponse du demandeur
26. La plaignante, par l'intermédiaire de son avocat, soumet son mémoire en réponse le 15 juillet 2020. 
Décision sur le fond 02/2021 - 8/26
27. La plaignante souligne que des données à caractère personnel la concernant sont effectivement traitées par
au moins un des deux défendeurs, et que ces données personnelles sont "systématiquement
sont susceptibles d'être altérés ou modifiés par les défendeurs".
28. Le plaignant cite que sur d'autres plateformes en ligne, telles que Youtube et LinkedIn, les profils
des profils ont été créés, portant le nom et le prénom ainsi que d'autres données personnelles du plaignant.
ours. Ces profils, selon le plaignant, sont également gérés par au moins un des
Les défendeurs, sans le consentement du plaignant, ou sans qu'il y ait une nécessité contractuelle de le faire.
besoin contractuel de le faire.
29. Plus précisément, le plaignant invoque les moyens suivants :
1. Premier moyen : "Les défendeurs pensent à tort que la GBA devrait agir comme un tribunal d'entreprise
devrait se prononcer en tant que "tribunal d'entreprise".
2. Motif 2 : "la page Facebook '[...]' [gérer la page de fans] (abréviation de 'x' [nom complet et
Prénom du demandeur]en ligne), ainsi que les pages de profil contestées sur LINKEDIN et
YOUTUBE, contiennent des données personnelles de [le plaignant]".
3. Motif 3 : "Les défendeurs sont ou étaient des contrôleurs de données communs".
4. Motif 4 : "Le fait que [le plaignant] ait été "éditeur" de la page ne libère pas les défendeurs de leur obligation de respecter le règlement d'AVG.
leur obligation de respecter les règles d'AVG".
5. Motif 5 : "[le plaignant] ne porte pas atteinte aux droits et libertés des tiers et ne viole pas
les droits intellectuels".
6. Sixième moyen : "Les défendeurs ont expressément écrit le 27/02/2020 qu'il n'y a plus de relation contractuelle entre eux et [le plaignant].
Il n'y a plus de relation contractuelle, de sorte qu'il n'y a a a fortiori pas d'accord concernant
tout traitement de données à caractère personnel [du plaignant] par les défendeurs".
7. Moyen 7 : "Violation de l'article 6 de la loi sur la protection des données personnelles (LPC) sur la licéité du traitement des données personnelles de la personne concernée, car
les données à caractère personnel de la personne concernée, étant donné que les activités [des responsables du traitement commun] ne sont pas soumises à
les contrôleurs communs] ne remplissent pas les conditions de licéité prévues à cet article
rencontre".
8. Motif 8 : "Violation de l'art. 7 LDA concernant l'obligation de consentement au traitement
des données à caractère personnel de la personne concernée qui, aux fins de la gestion de son profil Facebook
page de fan] n'a jamais été donnée et, si elle avait été donnée implicitement, elle aurait été
a été retirée à la fin de l'accord de gestion en novembre 2019 et en
La correspondance expresse [du plaignant] : "Je
9. Motif 9 : "violation de l'art. 12, al. 3, LGE sur les modalités de l'exercice
les droits des personnes concernées en raison du non-respect des demandes formulées au titre de l'article
Art. 20 pour transférer les droits de gestion du profil de la personne concernée dans les médias sociaux
et la demande de cesser tout traitement de données la concernant".
10. Motif 10 : "Violation de l'article 20 de l'AVG sur le droit à la portabilité des données de la personne concernée, car il est
les données de la personne concernée, étant donné que ces données ne sont pas transférées à la demande fréquente de la personne concernée
demandé à plusieurs reprises par la personne concernée".
Décision sur le fond 02/2021 - 9/26
11. Moyen 11 : "Violation de l'art. 21 LDA en ce qui concerne le droit d'opposition par la
la personne concernée en raison du refus de consentir au traitement de ses données à caractère personnel
mettre fin au traitement de ses données personnelles".
12. Moyen 12 : "La procédure sur le fond n'est pas un appel contre la décision provisoire de la GBA.
décision provisoire de la GBA".
13. Motif 13 : "Le fait que la page Facebook ait entre-temps été transférée à [la plaignante] n'empêche pas la
qu'il faut conclure que les défendeurs eux-mêmes ont refusé de se conformer volontairement aux obligations qui leur incombent en vertu du règlement AVG.
obligations en vertu du règlement AVG et peut être sanctionné à cet égard.
En outre, il semble que leurs infractions existent également en ce qui concerne d'autres pages de profil du [plaignant].
14. Motif 14 : "Aucun motif de suspension
15. Motif 15 : "une décision de publier ne peut pas manquer sa cible".
30. Dans sa réponse, le plaignant demande donc à la Chambre de résolution des litiges de déclarer sa plainte fondée et d'imposer une sanction aux défendeurs au vu de la violation d'AVG.
Déclarer la plainte fondée et infliger une sanction aux défendeurs au vu des infractions commises par AVG, afin
Confirmer que le plaignant peut maintenir la page Facebook contestée, ordonner aux défendeurs de supprimer les droits de gestion de la
les défendeurs à transférer les droits de gestion des pages de profil avec le nom et le prénom du plaignant sur Youtube et LinkedIn
au plaignant sur Youtube et LinkedIn, pour publier la décision à prendre
sans anonymisation et de condamner les défendeurs aux dépens de la
plaignant (3000 EUR).
La réponse des défendeurs
31. Le 5 août 2020, les défendeurs produisent une réponse-conclusion.
32. Les demandes des défendeurs restent les mêmes que celles figurant dans leur mémoire en réponse, avec la
ajoute que la demande du demandeur dans son mémoire en réponse concernant la
le transfert des droits de gestion vers d'autres profils de médias sociaux, y compris Youtube et LinkedIn, doit être rejeté comme "onéreux".
LinkedIn, devrait être rejeté comme "inadmissible, au moins non fondé".
33. Les défendeurs ajoutent à leur défense les moyens suivants, en plus des moyens
qu'ils ont mis en avant dans leur conclusion en réponse.
1. Premier moyen nouveau dans la réponse : "violation de l'article 7 - sans objet".
Les défendeurs soulignent le fait que l'article 7 AVG énonce les "conditions requises pour la
consentement pour le traitement des données à caractère personnel", "toutefois, cette
Cette disposition ne s'applique que dans le cas où le traitement des données à caractère personnel a son fondement
dans le consentement donné".
Les défendeurs soulignent que le traitement "résulte de la relation contractuelle entre
le deuxième défendeur] et [le plaignant] (et non pas le consentement)" et que l'application de
L'article 7 de la loi AVG est donc "totalement hors de propos" dans le cas présent. 
Décision sur le fond 02/2021 - 10/26
2. Deuxième moyen nouveau : "Violation de l'article 12, paragraphe 3, de l'AVG - pas de demande et pas de
infraction".
Les défendeurs soulignent que cette disposition n'est pas applicable, étant donné que cet article "fait partie
dans le cas où les personnes concernées souhaitent adresser certaines informations ou une certaine demande au responsable du traitement.
au contrôleur". Selon les défendeurs, ce n'est pas le cas ici, car
l'ASB a rendu une décision avant de rendre justice, et il ne s'agit donc pas d'une
"communication entre le responsable et la personne concernée".
Les défendeurs soulignent également que l'article 12, paragraphe 3, de l'AVG n'implique pas qu'une
qu'un responsable du traitement doit répondre positivement à toute demande telle que celle formulée par un plaignant.
plaignant.
3. Troisième nouveau motif : "demande d'extension [par le plaignant] concernant d'autres médias sociaux (Youtube,
LinkedIn,...)".
Les défendeurs s'opposent à l'extension de l'objet de ce dossier à
d'autres profils d'utilisateurs sur d'autres plateformes en ligne.
4. Quatrième nouveau moyen : "concernant les conséquences & les sanctions & le RPV
Les défendeurs font valoir que les sanctions sous forme d'amendes administratives doivent être
doivent être proportionnées et se référer aux critères de ces sanctions énoncés dans
Article 83 AVG.
34. Les autres nouveaux éléments de la réponse des défendeurs, parmi les moyens précédemment soulevés, ne concernent pas la question des amendes administratives.
Les autres éléments nouveaux introduits par les défendeurs dans leur réponse ne concernent pas l'objet de l'affaire sur laquelle la
Les autres éléments nouveaux introduits par les défendeurs dans leur réponse ne concernent pas l'objet du dossier sur lequel la Chambre de Résolution des Litiges statue, ou ne sont pas de nature à amener la Chambre de Résolution des Litiges à statuer autrement
décision autre que celle en question.
Communication en dehors des délais
35. Après l'expiration du dernier délai de soumission, les deux parties, et à différents moments jusqu'à l'audience
À divers moments jusqu'à l'audience, des courriels ont été envoyés ou échangés par les deux parties concernant les litiges commerciaux sous-jacents.
relatives aux litiges commerciaux sous-jacents des parties, avec le greffe de la
La Chambre des litiges a reçu ces messages (qu'ils soient en copie carbone ou non). Le contenu de ces éléments
aborder des aspects qui ne sont pas pertinents pour l'évaluation de ce cas sur la base
Le contenu de ces éléments va plus loin dans des aspects qui ne sont pas pertinents pour l'évaluation de cette affaire sur la base des pouvoirs (d'exécution) de la Chambre des litiges, et ne sont donc pas expliqués plus avant.
a expliqué.
L'arrêt de la Cour des marchés concernant la décision 14/2020
36. Le 28 octobre 2020, la Cour des marchés a rendu son jugement dans l'arrêt 2020/7467 sur le recours de la
Appel des défendeurs contre la décision 14/2020. Cet arrêt annule la décision 14/2020, mais ne se prononce pas sur la
statuant sur le fond, en ce sens que la Cour du Marché n'a pas exercé sa pleine compétence, car elle n'avait pas le pouvoir de le faire.
sa pleine juridiction, puisqu'il s'agit d'un recours contre des décisions purement "provisoires et correctives". 
Décision sur le fond 02/2021 - 11/26
mesures".
1
37. La Cour précise dans le dispositif de son arrêt
38. L'arrêt ne fait pas obstacle à la poursuite de la procédure au fond devant la Chambre des litiges conformément aux articles 98 à 107 des WOG.
L'arrêt ne fait donc pas obstacle à la poursuite intégrale de la procédure au fond devant la Chambre des litiges conformément aux articles 98 à 107 de la Convention sur le droit d'auteur.
L'audition
39. Conformément à l'article 98, 2° WOG, les avocats des prévenus ont indiqué par courrier électronique du 19 mai 2020 qu'ils souhaitaient être entendus.
2020 qu'ils souhaitaient être entendus.
40. Conformément à l'article 51 du règlement intérieur de l'autorité de protection des données
une audition orale a donc été organisée, à laquelle toutes les parties ont été invitées. Le
L'audition aura lieu le 29 octobre 2020.
41. Considérant que le gouvernement fédéral2, ainsi que le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale3, à différents moments de la
Étant donné que le gouvernement fédéral2 , ainsi que le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale3 , ont pris des mesures à différents moments au cours de la période précédant l'audience qui ont rendu impossible pour la Chambre du contentieux
Étant donné que le gouvernement fédéral2 et le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale3 ont pris, à différents moments avant l'audience, des mesures qui ont empêché la Chambre du contentieux de tenir une audience dans la configuration habituelle, l'audience se déroulera en ligne et en
L'audition aura lieu en ligne et par des moyens de communication électroniques. Les deux
Les parties confirment leur présence à l'audience.
42. Lors de l'audience, le plaignant sera représenté par deux avocats ; les défendeurs
est représenté par un conseil.
43. Un compte rendu écrit de l'audition a été établi afin de refléter les clarifications et les ajouts apportés lors de l'audition.
Le but du procès-verbal de l'audition est de présenter les détails et les ajouts faits lors de l'audition, sans répéter les points soulevés à la fin.
éléments exposés dans la conclusion. Certains des éléments énoncés ci-dessous

1 Arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles (Section 19A, Cour du Marché) du 28 octobre 2020, X c. GBA, 2020/7467 (n° de rôle 2020/AR/582), paragraphe
7.6.
2 Décret ministériel du 30 juin 2020 sur les mesures urgentes pour limiter la propagation du Coronavirus COVID-19, tel que modifié par le décret ministériel du 30 juin 2020.
Coronavirus COVID-19, tel que modifié par le décret ministériel du 8 octobre 2020, BOJ 8 octobre 2020.
3 Arrêté du Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale du 7 octobre 2020 portant fermeture des bars
et en établissant des mesures d'urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19, B.S. 18 octobre 2020 ;
les bureaux de l'autorité de protection des données, où se trouve également la chambre de règlement des litiges, sont situés dans cette région
région. 
Décision sur le fond 02/2021 - 12/26
mentionnés sont pertinents pour la présente décision.
44. Lors de l'audition, l'avocat de la plaignante a déclaré qu'il ressortait des documents du dossier que
la plaignante, par l'intermédiaire de son avocat, a déjà envoyé une notification aux défendeurs le 2 mars 2020
envoyé, déclarant que le premier défendeur "violait les obligations de GDPR [en]
en se faisant passer pour [le plaignant] via facebook". Plus loin dans le même avis du 2 mars 2020
L'avocat déclare en outre : "Pour mémoire, je précise également que vos clients, maintenant qu'ils indiquent
indiquer qu'il n'y a plus d'accord en vertu duquel mon client participerait au [projet artistique A]
montre, ils n'ont plus le droit d'utiliser les données personnelles de mon client (photo).
les données personnelles de mon client (photos, nom, enregistrements vocaux, etc.)".
45. En ce sens, le conseil fait valoir que l'article 12, paragraphe 3, de l'AVG a effectivement été violé, étant donné que le
Les défendeurs n'ont pas donné suite à la demande en temps utile.
46. L'avocat du plaignant et l'avocat de la partie défenderesse soulèvent tous deux le fait qu'il y a
Une motion de grève est pendante devant le tribunal de commerce de Louvain, siégeant comme en
les procédures en référé. La page de fans mentionnée dans la plainte en l'espèce est, entre autres, l'objet de l'ordonnance de cessation.
est l'objet de la procédure de grève.
47. Comme il est d'usage et comme le prévoit l'article 54 du règlement intérieur de la
Comme il est d'usage et comme le prévoit l'article 54 du règlement intérieur de l'Autorité de protection des données, la Chambre du contentieux a invité les deux parties à soumettre
faire ajouter des commentaires au compte rendu de l'audition en annexe à ce compte rendu, sans que cela ne constitue une réouverture des débats. Les deux parties ont répondu à cette invitation
a répondu à cette invitation, et ces réponses ont été ajoutées en annexe au compte rendu
dans le dossier. Toutefois, aucune de ces réponses ne contenait d'éléments qui conduiraient à
une autre décision que celle en question, raison pour laquelle le contenu n'est pas répété dans ce rapport factuel.
Pour cette raison, le contenu n'est pas inclus dans ce rapport factuel.
Le jugement du tribunal de commerce de Louvain en date du [...] novembre 2020
48. Le 2 décembre 2020, le plaignant mentionne que la Cour d'appel avait rendu un arrêt dans l'affaire
une affaire dans laquelle la fanpage contestée a également fait l'objet de la procédure, tout comme dans la présente procédure.
comme dans la présente procédure. Dans cet arrêt, il est fait référence à la procédure au fond pendante devant la
Dans cet arrêt, il est fait référence à la procédure pendante au fond devant la Chambre des litiges.
49. L'arrêt établit que le second défendeur, par l'utilisation commerciale de la
L'arrêt établit que le second défendeur, en utilisant commercialement les "droits moraux" - notamment, mais pas uniquement, la page de fan Facebook en cause
fan page - du plaignant est coupable de pratiques commerciales déloyales (conformément à l'article VI.
104 du Code de droit économique), mais ne se prononce pas sur les violations de la
AVG. Dans l'arrêt, le Président de la Cour ordonne la cessation des pratiques
une astreinte, à verser au plaignant.
50. Les parties ont eu la possibilité de présenter des observations supplémentaires sur l'arrêt et ont ensuite soumis
a donc soumis des observations supplémentaires à la chambre de règlement des litiges.
51. Comme le Président du Tribunal d'entreprise ne juge pas des infractions concernant l'AVG, et que d'autres éléments factuels ne sont pas pris en compte, la Cour d'appel a décidé de saisir la Chambre de règlement des litiges.
Les infractions d'AVG et d'autres éléments factuels sont à la base du jugement, du litige
Chambre de règlement des litiges pour exercer ses pouvoirs en ce qui concerne la législation sur la protection des données à caractère personnel et pour
la législation sur la protection des données personnelles et de prendre une décision dans le
la présente affaire.
Décision sur le fond 02/2021 - 13/26
La mise en demeure du 23 décembre 2020
52. Le 23 décembre 2020, la Chambre de résolution des litiges a transmis un formulaire de sanction à la
Défendeur, déclarant que la Chambre de règlement des litiges avait l'intention d'imposer une amende de 10 000
EUR au défendeur en raison de la violation de plusieurs dispositions de la
AVG dans ce cas (les mêmes infractions qui sont retenues dans la présente décision pour l'imposition d'une amende).
pour l'imposition d'une sanction administrative pécuniaire en vertu de l'article 83
AVG).
53. Dans sa réponse au formulaire de sanction du 7 janvier 2021, la partie défenderesse souligne un certain nombre de points
les éléments qui seront pris en compte par la Chambre de Résolution des Litiges dans ses délibérations.
Décision sur le fond 02/2021 - 14/26
3. Motifs
3.1 Compétence de la Chambre de Résolution des Litiges (Article 2 AVG ; Article 4 WOG)
55. Conformément à l'article 2, paragraphe 1, de l'AVG, le règlement s'applique "aux traitements entièrement ou partiellement automatisés, ainsi qu'aux
le traitement effectué en tout ou en partie à l'aide de procédés automatisés, ainsi que le traitement de données à caractère personnel qui sont
contenues dans un système de classement ou destinées à y être incluses".
56. Selon l'article 4, paragraphe 1, de la loi sur la protection des données, les données personnelles sont :
"toute information concernant une personne physique identifiée ou identifiable ("la
personne identifiable" ; une personne identifiable est une personne qui peut être identifiée, directement ou indirectement
directement ou indirectement identifié, notamment par référence à un identifiant tel qu'un nom, un numéro d'identification, une localisation, etc.
un nom, un numéro d'identification, des données de localisation, un identifiant en ligne ou un ou plusieurs
les éléments caractérisant les caractéristiques physiques, physiologiques, génétiques, mentales
l'identité économique, culturelle ou sociale de cette personne physique ;"
57. Diverses plateformes de médias sociaux utilisent des "poignées",
ce sont des identifiants liés à un compte d'utilisateur spécifique ou à toute autre page web.
Ces poignées sont en principe des références immuables à un certain endroit de la plate-forme web, la poignée étant souvent, mais pas toujours, une référence à l'utilisateur.
où la poignée est souvent, et comme dans le cas présent, contenue dans le lien web (le Uniform Resource Locator, en bref
Resource Locator, ou URL en abrégé). La poignée associée à la page de fan en question est "[...]".
58. En premier lieu, la Chambre de règlement des litiges constate que les initiales du nom d'une personne physique, dans ce
Tout d'abord, la Chambre de règlement des litiges estime que les initiales du nom d'une personne physique, en l'occurrence le nom et le prénom du plaignant, constituent également des données à caractère personnel au sens de la
de l'AVG. Vu les photos, vidéos et autres contenus de la page web, visibles sur
diverses captures d'écran dans le dossier, il y a un lien évident avec le plaignant et il est
identifiable au sens de l'article 4, paragraphe 1, de l'AVG. De plus, le titre de la page des fans,
comme le montrent un élément de la plainte et un élément de la réponse fournie par le
Les noms et prénoms des défendeurs sont en effet les noms et prénoms complets du plaignant.
Le plaignant est ainsi identifié, notamment grâce à la fonction de recherche de Facebook.
Facebook.
59. En outre, il est important de souligner qu'il est sans importance dans quel contexte les données personnelles ont été obtenues, de qualifier ces données personnelles de données à caractère personnel.
dans laquelle des données à caractère personnel ont été obtenues n'a pas d'importance pour qualifier ces données à caractère personnel comme telles au sens de la
signification de l'AVG. Il n'est donc pas pertinent de savoir si les données personnelles ont été (initialement) collectées dans un contexte professionnel ou contractuel, afin de les qualifier comme telles dans le cadre de l'AVG.
contexte contractuel pour que l'AVG soit matériellement applicable conformément à l'article 2 AVG.
conformément à l'article 2 de l'AVG.
60. La Chambre du contentieux ne nie pas la possibilité qu'il puisse y avoir des réclamations contractuelles ou même légales (en raison des droits de propriété intellectuelle).
La Chambre du contentieux ne nie pas qu'il puisse y avoir des revendications contractuelles ou même légales (droits de propriété intellectuelle) à l'exploitation ou à la commercialisation des images, des œuvres ou
La Chambre du contentieux ne nie en aucune façon qu'il puisse y avoir des revendications contractuelles ou même légales (en vertu des droits de propriété intellectuelle) concernant l'exploitation ou la commercialisation des images, des œuvres ou de tout autre contenu de la fan page. Toutefois, cela ne
Toutefois, cela n'enlève rien au fait que la page est liée au nom complet et à la personne du
plaignant.
61. Étant donné que la page entière est consacrée à la personne du plaignant, par définition, toutes les données de cette fan page sont également consacrées au plaignant.
Étant donné que la page entière est consacrée à la personne du plaignant, par définition, toutes les données de cette fan page sont également liées au plaignant, sans qu'il soit précisé que toutes les données de cette fan page sont donc par définition liées à la personne du
Par conséquent, par définition, toutes les données figurant sur cette page de fans sont des données personnelles au sens de l'AVG.
Compte tenu du lien étroit qui existe entre la personne du plaignant et la fanpage, il est de la plus haute importance que les données figurant sur la fanpage soient personnelles. 
Décision sur le fond 02/2021 - 15/26
l'importance que le plaignant, en tant que personne concernée, bénéficie de la gestion nécessaire
demande expressément - de pouvoir gérer ses données personnelles elle-même et de manière indépendante.
62. L'autorité de protection des données est donc compétente pour évaluer la plainte et
conformément à l'article 4 de la Convention sur les armes chimiques et conformément au champ d'application matériel de la
de l'AVG comme prévu à l'article 2 de l'AVG.
3.2 Les responsables du traitement (articles 4, 7 LPC)
63. La définition de "contrôleur de données" dans le GAV est la suivante :
4
"Une personne physique ou morale, une autorité publique, une agence ou un autre organisme qui, seul ou conjointement
organisme qui, seul ou conjointement avec d'autres, détermine les finalités et les moyens du traitement
de données à caractère personnel, lorsque les finalités et les moyens de cette
le traitement est prévu par le droit de l'Union ou le droit des États membres, il peut préciser le responsable du traitement
déterminer le responsable du traitement ou les critères de son identification
désignation".
64. Dans la décision 14/2020, les défendeurs ont tous deux été désignés comme (conjoints)
en tant que (co-) contrôleurs, étant donné qu'ils se sont tous deux comportés comme des contrôleurs potentiels à l'égard du plaignant.
par rapport au plaignant. La désignation (préalable à la procédure au principal) de l'un et l'autre comme responsables du traitement des données n'est pas justifiée.
La désignation (préliminaire) des deux comme responsables du traitement a été faite à la lumière d'une
une protection effective et complète du plaignant, et ce conformément à la jurisprudence de la
Cour de justice concernant l'interprétation large de la notion de responsable du traitement des données.
5
65. La Cour de justice a précédemment confirmé que, pour l'appréciation de la notion de
La Cour de justice a précédemment confirmé que pour évaluer la notion de responsable du traitement, la perception qu'a la personne concernée du responsable du traitement est importante.
La Cour de justice a précédemment confirmé que pour l'appréciation de la notion de responsable du traitement, la perception qu'a la personne concernée du responsable du traitement est importante6 .
Dans la même ligne, la Cour a confirmé qu'un
Dans la même ligne, la Cour a confirmé qu'une personne morale qui exerce une influence sur le traitement de données à caractère personnel pour des raisons qui lui sont propres, est un responsable du traitement.
les données à caractère personnel peuvent être considérées comme un responsable du traitement des données.
7
66. Tout cela n'exclut pas que d'autres responsables de données soient mentionnés dans l'affaire
qui portent leur propre responsabilité, en l'occurrence notamment Facebook.
67. La Cour de justice a déjà confirmé qu'il est possible que, dans le cadre d'une
traitement effectué par des contrôleurs communs, toutes les opérations de traitement effectuées par les contrôleurs respectifs ne peuvent pas être effectuées par des contrôleurs communs.
par les contrôleurs respectifs avec les données à caractère personnel ne peut pas relever de la responsabilité de chaque contrôleur.
responsabilité de chaque responsable du traitement.8 C'est notamment le cas
Lorsque c'est un contrôleur spécifique qui détermine la finalité et les moyens
pour un traitement spécifique.

4 Art. 4(7) LGE.
5 Arrêt de la CJUE du 13 mai 2014, Google Spain SL c. Agencia Española de proteccion de Datos (AEPD) et autres, C-131/12 ; ECLI :
EU:C:2014:317, paragraphe 34 ; voir également la discussion concernant la portée du concept dans C. DOCKSEY et H. HIJMANS, "The
Court of Justice as a Key Player in Privacy and Data Protection", European Data Protection Law Review, 2019, vol. 3, (300)304.
6 Arrêt de la CJUE du 10 juillet 2018, Tietosuojavaltuutettu c. Jehovan todistajat - uskonnollinen yhdyskunta, C-25/17,
ECLI:EU:C:2018:551.
7
Ibid, paragraphe 68.
8 Cfr. Arrêt de la CJUE du 29 juillet 2019, Fashion ID GmbH & Co KG c. Verbraucherzentrale NRW eV, C-40/17, ECLI:EU:C:2019:629,
paragraphe 76.
Décision sur le fond 02/2021 - 16/26
68. Il ressort clairement des mémoires des défendeurs que le premier défendeur n'était que le directeur commercial de la
la deuxième défenderesse a créé la page de fans sur Facebook.9
Dans cette mesure, en se basant notamment sur
déclarations faites par les défendeurs eux-mêmes à cet égard, seul le deuxième défendeur peut être
être désigné avec certitude comme responsable du traitement des données au sens de l'AVG pour la gestion des pages de fans.
la gestion de la page des fans. Selon ses propres moyens, le deuxième défendeur
a en effet créé la page de fans afin d'exploiter commercialement sa relation commerciale avec le plaignant
("la finalité" du traitement). Lors de l'audience, le deuxième défendeur a indiqué que
gérer la page de fans avec son propre compte d'utilisateur Facebook ("les moyens" de traitement).
traitement).
69. Que Facebook serait également responsable du traitement des données en la matière en ce qui concerne le traitement des données à caractère personnel par la page de fan en question
de données à caractère personnel par le biais de la fan page en question, ne fait pas obstacle à une évaluation
le respect des dispositions de l'AVG par le second défendeur en tant que responsable du traitement, en tant que
responsable, maintenant que la plainte est (également) dirigée vers ce second défendeur.
70. En effet, l'article 26, paragraphe 3, de l'AVG stipule
"Nonobstant les termes de l'arrangement visé au paragraphe 1, la personne concernée peut exercer ses droits
les droits prévus par le présent règlement à l'égard de tout responsable du traitement.
contrôleur".
71. Par conséquent, c'est le deuxième défendeur qui, en tant que responsable du traitement des données, est
responsable des traitements faisant l'objet de la plainte, et ce en vertu
C'est donc le deuxième défendeur qui est responsable, en tant que responsable du traitement, des traitements faisant l'objet de la réclamation, sur la base de l'article 4, paragraphe 7, de l'AVG et des obligations qui en découlent, notamment
Article 24 en liaison avec l'article 26 de l'AVG. Dans la mesure où la plainte est dirigée contre le premier défendeur, elle sera
la plainte sera rejetée.
3.3. La licéité du traitement (article 6, paragraphe 1, du GAV)
72. L'article 6, paragraphe 1, de l'AVG énumère les conditions éventuelles qui doivent être remplies pour que le traitement soit légitime et pour que le traitement soit licite.
L'article 6, paragraphe 1, de l'AVG énumère les conditions éventuelles qui doivent être remplies pour commencer et poursuivre un traitement licite. En l'espèce, les éléments suivants
conditions pertinentes :
"Le traitement n'est licite que si et dans la mesure où au moins un des
les conditions suivantes sont remplies :
a) la personne concernée a donné son consentement au traitement de ses
a) la personne concernée a donné son consentement au traitement de ses données à caractère personnel à une ou plusieurs fins spécifiques ;
b) le traitement est nécessaire à l'exécution d'un contrat auquel la personne concernée est partie ou en vue
à laquelle la personne concernée est partie ou afin de prendre des mesures à la demande de la personne concernée avant de conclure un contrat
contrat ;
[…]
f) le traitement est nécessaire à la protection des intérêts légitimes
le responsable du traitement ou un tiers, sauf s'il est porté atteinte à ces intérêts ou aux libertés et droits fondamentaux de la personne concernée.
les droits et libertés fondamentaux de la personne concernée qui exigent la protection des données à caractère personnel l'emportent sur les intérêts ou
les droits et libertés fondamentaux de la personne concernée qui exigent la protection des données à caractère personnel l'emportent sur ces intérêts [...]".

9 Les défendeurs déclarent dans leur mémoire en réponse, p.2 : "Dans ce cadre, [le deuxième défendeur] a été créé en 2014 comme
La maison de disques a créé une page professionnelle sur divers médias sociaux, tels que Facebook". après quoi ils se réfèrent à la
page de fan contestée.
Décision sur le fond 02/2021 - 17/26
73. Comme nous l'avons déjà indiqué, plusieurs relations contractuelles existaient entre le second
Défendeur et demandeur, y compris un accord de gestion (à partir de 2008), un
(à partir du 26 juillet 2008), et un accord d'édition exclusif (à partir du 3
novembre 2015). Ceci est également étayé par les documents fournis par le deuxième défendeur.
74. Les liens contractuels ont pris fin le 3 novembre 2019. Cela est confirmé ("il y a
Il n'y a pas de liens contractuels") par l'avocat de la deuxième défenderesse dans son
communication avec l'avocat du plaignant en février 2020. Cette communication était
joint comme document au mémoire en réponse du plaignant.
75. Compte tenu de la spécificité du secteur artistique, et plus particulièrement du secteur du divertissement, dans lequel
l'obtention de fans fait en soi partie de la pratique commerciale habituelle, c'est
il n'est pas illogique qu'un accord de gestion comprenne la gestion des pages de profil et certainement
Les pages de fans via les plateformes de médias sociaux découlent d'un accord de gestion. Ce fut le cas dans la présente affaire.
76. Les données à caractère personnel du plaignant qui ont été traitées par le biais de la page de fans de Facebook sont, entre autres, les suivantes
traitées en l'absence d'un consentement explicite et librement donné (indépendamment des accords commerciaux) par le plaignant.
les arrangements commerciaux) du plaignant, trouvent leur fondement légitime dans l'article 6, paragraphe 1, point b), de la directive.
à l'article 6, paragraphe 1, point b), de l'AVG. Cette base a cessé d'exister dès que les liens contractuels
entre le plaignant et le second défendeur a cessé d'exister.
77. La plainte porte sur le traitement des données à caractère personnel par la fan page après 3
Novembre 2019, c'est-à-dire la fin de la coopération contractuellement établie.
78. Il convient de souligner, par souci d'exhaustivité, que c'est au responsable du traitement
Il peut être souligné, dans un souci d'exhaustivité, qu'il appartient au responsable du traitement de prouver la licéité du traitement, conformément à l'article 5, paragraphe 2, en liaison avec
Article 24 de l'AVG.
79. La plaignante n'a en aucune façon consenti au traitement de sa
La plaignante n'a en aucune façon consenti au traitement de ses données personnelles au sens de l'article 6, paragraphe 1, point a), de la loi AVG après la date susmentionnée. Non
toute autre condition de licéité du traitement au titre de l'article 6, paragraphe 1, de l'AVG est possible dans
ce contexte possible, sauf si le point f) de cette disposition.
80. Il n'y a donc aucune obligation légale (article 6, paragraphe 1, point c), de l'AVG) d'exploiter le
et le traitement n'est pas non plus nécessaire à la protection des intérêts vitaux du plaignant ou d'autres personnes physiques (article 6, paragraphe 1, point c), de la
les personnes physiques (article 6, paragraphe 1, point d), de l'AVG). Dans un souci d'exhaustivité, il peut également être
Dans un souci d'exhaustivité, on peut également noter qu'aucune mission d'intérêt public ou obligation d'exercer une autorité publique n'a été
exercer une fonction d'autorité publique (article 6, paragraphe 1, point e), de la
AVG).
81. Par conséquent, l'application de l'article 6, paragraphe 1, point f), de l'AVG doit être examinée, pour la
le traitement des données personnelles du plaignant par le biais de la fan page, après le 3 novembre 2019.
82. Conformément à la jurisprudence de la Cour de justice, le deuxième défendeur, en tant que
Le contrôleur des données doit donc le démontrer :
1) les intérêts qu'ils poursuivent par le biais du traitement peuvent être reconnus comme légitimes
1) les intérêts qu'ils cherchent à faire valoir par le biais du traitement peuvent être reconnus comme légitimes (le "critère de la finalité") ;
2) le traitement envisagé est nécessaire à la réalisation de ces intérêts (le "test de nécessité") ; et
"test de nécessité") ; et
Décision sur le fond 02/2021 - 18/26
3. la mise en balance de ces intérêts avec les intérêts, les libertés fondamentales et les droits fondamentaux des personnes concernées
libertés et droits fondamentaux des personnes concernées en faveur des responsables du traitement ou de la
ou d'un tiers (le "test de mise en balance").10
83. Premièrement, la chambre de règlement des litiges estime que le deuxième défendeur a un intérêt à gérer la
La page de fans du plaignant parce qu'il y a une valeur commerciale à la seconde
Défendeur attaché au succès et à la renommée du plaignant dans le cadre de,
C'est également le cas pour les droits d'auteur que le second défendeur pourrait détenir.
que le second défendeur détiendrait, en lui réservant le droit d'utiliser
d'utiliser le prénom et le nom du plaignant pour l'exploitation de certaines œuvres.
84. En tant que tel, l'utilisation du nom et du prénom du demandeur est "acceptable en vertu de la
11 et l'utilisation pourrait être fondée a priori, en tant que traitement de données à caractère personnel, sur les intérêts légitimes de la seconde partie.
sur les intérêts légitimes du second défendeur au sens de l'article 6, paragraphe 1, point f)
AVG.
85. Toutefois, dans le cas présent, le traitement va au-delà de la simple utilisation du nom et du prénom de
En l'espèce, toutefois, le traitement va au-delà de la simple utilisation du nom et du prénom du demandeur aux fins de l'exploitation d'œuvres protégées par le droit d'auteur ou relevant du
la commercialisation d'un projet artistique.
86. La fan page a été créée pour attirer les fans de la personne du plaignant, non seulement les
les amateurs de cette musique à laquelle le second défendeur peut prétendre sur le plan commercial.
En outre, suivre le point de vue du deuxième défendeur serait ignorer la
les intérêts commerciaux et les droits de propriété intellectuelle du second défendeur prévaudraient sur les intérêts de la
Les intérêts commerciaux et les droits de propriété intellectuelle du second défendeur l'emporteraient sur ceux du premier
les données personnelles du premier plaignant.
87. À la lumière de l'article 8 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne
("Charte") et les dispositions de l'AVG, le raisonnement exposé par le second défendeur ne peut être suivi et il n'est pas possible de conclure que le second défendeur a manqué aux obligations qui lui incombent en vertu de la Charte.
Compte tenu de l'article 8 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne ("Charte") et des dispositions de l'AVG, le raisonnement exposé par le deuxième défendeur ne peut être suivi et les intérêts ne peuvent être
justifiée".
88. Les traitements de données à caractère personnel par lesquels le second défendeur intervient, en quelque sorte, dans la personne
Le traitement de données à caractère personnel par lequel la deuxième défenderesse intervient, en quelque sorte, en la personne de la plaignante pour se présenter au monde extérieur au nom de celle-ci ne peut donc être
ne peut donc en aucun cas être fondée sur les intérêts légitimes du second défendeur.
défendeur. Après tout, une personne physique, contrairement à une entreprise, est plus que son
ses activités professionnelles. La gestion des données à caractère personnel dans le cadre de la
L'identité de l'individu est un droit fondamental, protégé par l'article 8 de la Charte.
89. Pour toutes ces raisons, il n'y a aucun intérêt légitime à ce que le second défendeur continue à gérer la
La fan page du plaignant, après la fin des relations contractuelles avec
le plaignant, de sorte que la gestion de la fan page entraîne le traitement illégal de
Données personnelles du plaignant affichées et autres
traitées.

10 Arrêt de la CJUE du 4 mai 2017, Rigas satiksme, C-13/16, UE:C:2017:336, paragraphe 28.
11 Comparer avec l'avis 06/2014 du Groupe de travail sur la protection des données sur la notion d'"intérêt légitime du responsable du traitement" à l'article 7 de la
contrôleur des données" à l'article 7 de la directive 95/46/CE, WP 217, 9 avril 2014, 30.
Décision sur le fond 02/2021 - 19/26
90. Étant donné que la chambre de règlement des litiges a conclu que le traitement ne satisfaisait pas au critère de la finalité, et que la
Le responsable du traitement n'a pas identifié d'autre base valable de licéité
le traitement est illégal au sens de l'article 6, paragraphe 1, de la LCA. Compte tenu de la
l'absence d'intérêts légitimes en premier lieu est déjà suffisante pour parvenir à cette conclusion, le comité de règlement des litiges estime que la
conclusion, la chambre du contentieux estime que le critère de nécessité et le critère de mise en balance à cet égard sont
Le critère de mise en balance n'est pas pertinent à cet égard.
3.4. Le droit d'opposition (article 21, paragraphe 1 de l'AVG) et le délai pour donner suite à la demande du plaignant
3.4 Le droit d'objection (article 21, paragraphe 1, de l'AVG) et le délai pour satisfaire à la demande du plaignant (article 12, paragraphe 3, de l'AVG)
91. L'article 21, paragraphe 1, de l'AVG est libellé comme suit
"1. la personne concernée a le droit, à tout moment, pour des raisons liées à sa situation particulière
La personne concernée a le droit de s'opposer, pour des motifs liés à sa situation particulière, au traitement des données à caractère personnel la concernant sur le
les données à caractère personnel le concernant sur la base de l'article 6, paragraphe 1, point e) ou f), y compris
y compris le profilage sur la base de ces dispositions. Le contrôleur cesse
le traitement des données à caractère personnel, à moins qu'il n'établisse des motifs légitimes et impérieux de traitement plus importants que ceux relatifs au traitement en question.
Le responsable du traitement cesse de traiter les données à caractère personnel, sauf s'il invoque des motifs légitimes et impérieux qui l'emportent sur les intérêts, les droits et les libertés de la personne concernée ou
de la personne concernée ou qui concernent la constatation, l'exercice ou la justification d'un droit en justice.
de revendications juridiques.
[…]”
92. Selon la plaignante, à différents moments après la fin des relations contractuelles
entre le plaignant et le second défendeur, le (conseil du) plaignant a demandé oralement au second défendeur de retirer la page de fans du site web.
Le deuxième défendeur doit cesser de gérer la fan page et transférer les droits de gestion par le biais du système automatisé de
les processus automatisés de Facebook au plaignant.
93. Le 2 mars 2020, la plaignante, en faisant clairement référence à la page de fans de Facebook, a adressé
écrit au deuxième défendeur pour s'opposer à la gestion de la
page de fan de ce deuxième défendeur. Plus précisément, la plaignante, par l'intermédiaire de son avocat, fait valoir que la
premier défendeur "viole les obligations de GDPR en se faisant passer via Facebook pour
[Nom du plaignant]".
94. Les défendeurs eux-mêmes indiquent que le premier défendeur n'est pas impliqué à titre personnel,
puisque toutes les activités - y compris le traitement des données à caractère personnel - qu'il exerce par le biais de la fanpage
conformément à la théorie des organes, ne peut de jure être attribuée qu'au deuxième défendeur.
attribuable uniquement au deuxième défendeur.
95. Étant donné que le premier défendeur est considéré dans cette affaire comme étant le directeur du second défendeur, la demande d'injonction du plaignant n'a pas été acceptée,
la demande du plaignant était donc clairement adressée au deuxième défendeur en tant que responsable du traitement.
contrôleur. En effet, dans le message électronique, le plaignant s'adresse aux deux défendeurs représentés par le même avocat.
représenté par le même conseil. Lorsque le plaignant ne comprend pas bien
Lorsque le plaignant ne sait pas clairement qui est le responsable du traitement, il est bon que le plaignant, en tant que personne concernée, fasse toutes les recherches possibles.
En tant que personne concernée, il est de bonne pratique que le plaignant prenne contact avec tous les responsables (communs) possibles du traitement.
les transformateurs (conjointement ou non).
96. Le plaignant souligne également dans le message électronique susmentionné qu'il n'y a plus de
accord qui permettrait de considérer le traitement des données à caractère personnel comme licite12.
12

12 Dans ce message électronique du plaignant à l'avocat des défendeurs : "sur GDPR [-] pour mémoire, je précise
Je soutiens également que [les défendeurs], maintenant qu'ils indiquent qu'il n'y a plus d'accord en vertu duquel [le plaignant] doit 
Décision sur le fond 02/2021 - 20/26
97. Maintenant que la deuxième défenderesse estime, en tant que responsable du traitement des données, que son
les motifs légitimes l'emportent sur les droits du plaignant, tels que visés dans
Article 21, paragraphe 1, in fine de l'AVG. Ce n'est pas le cas ici. Considérant la gestion de la fan page
en tant que traitement de données à caractère personnel, le test de finalité conformément à l'article 6, paragraphe 1, point f), de l'AVG
(supra, partie 3.3. de la décision), a fortiori on ne peut accepter qu'il y ait
des raisons justifiées qui l'emporteraient sur les intérêts, les droits et les libertés des
les intérêts, les droits et les libertés du plaignant lorsqu'il exerce son droit d'opposition.
droit d'objection.
98. En outre, le maintien des droits de gestion de la fanpage ne peut être
être considérée comme relative à l'introduction, l'exercice ou la justification d'une demande en justice.
une action en justice. La gestion de la fan page n'est pas en soi une condition préalable à l'affirmation de sa
de ses propres droits ou pour faire valoir ses propres revendications. La page des fans et tous les traitements de données personnelles inclus
le traitement des données à caractère personnel qui y sont incluses était, en quelque sorte, détenu en garantie par le second défendeur.
dans les mains du second défendeur.
99. Bien entendu, tout cela ne doit pas porter atteinte au droit de la plaignante de s'opposer au traitement de ses données personnelles.
Cela ne devrait bien sûr pas affecter le droit de la plaignante de s'opposer au traitement de ses données personnelles.
Bien que le deuxième défendeur ait supposé (à tort, voir supra, section 3.3.
de la décision) que le traitement des données à caractère personnel par le biais de la fanpage avait sa base juridique dans ses propres intérêts légitimes, voir supra, section 3.3.
a trouvé sa base juridique dans ses propres intérêts légitimes, quod non, le second défendeur n'avait pas accepté la
aurait dû accéder rapidement à la demande du plaignant de cesser le traitement des données à caractère personnel conformément à l'article 3, paragraphe 3, de la décision.
a dû se conformer à la demande du plaignant de cesser sans délai le traitement des données à caractère personnel en vertu de l'article 21, paragraphe 1, de l'AVG. Dans un souci d'exhaustivité, la Chambre de règlement des litiges
que ces intérêts ne l'emportent pas sur les droits, les intérêts et les libertés du plaignant.
plaignant.
101. Par la suite, on peut également souligner que la plaignante a insisté dans sa plainte sur le fait qu'elle
"ne souhaite pas que sa page de profil disparaisse... mais souhaite simplement pouvoir gérer ses propres données personnelles.
gérer ses propres données personnelles". Ainsi, la plainte indique expressément que le plaignant s'oppose
contre la suppression de la page de fan en question sur Facebook.
102. La suppression des données personnelles constitue également un traitement au sens de l'AVG. Étant donné que
le plaignant s'oppose explicitement à la disparition de la fan page et, par définition
la suppression correspondante des données personnelles sur cette fan page, la demande du plaignant doit également être interprétée à la lumière de l'AVG.
du plaignant doit également être interprétée comme l'exercice du droit d'opposition en vertu de l'article 21, paragraphe 1, point b), de la
d'opposition en vertu de l'article 21, paragraphe 1, de l'AVG, lorsque le deuxième défendeur procéderait à la
supprimer la page de fan du plaignant.
103. Le deuxième défendeur fait valoir qu'il ne pouvait pas prendre les mesures nécessaires aux demandes de
Le deuxième défendeur fait valoir qu'il ne pouvait pas donner l'effet nécessaire aux demandes du plaignant car, dans l'intervalle, un dossier a été soumis à l'autorité de protection des données concernant le même
La deuxième défenderesse fait valoir qu'elle n'a pas pu donner la suite nécessaire aux demandes du plaignant, car entre-temps un dossier concernant les mêmes faits et le même objet était pendant devant l'autorité de protection des données, une procédure
qui a conduit à la décision avec l'ordonnance du 14 avril 2020.
104. Toutefois, le deuxième défendeur n'était au courant que du fait qu'un dossier était en cours auprès de la
Cependant, le second défendeur n'a su qu'un dossier avec la DPA était en cours qu'après que la décision "légère" du 14 avril 2020 lui ait été envoyée.
Le 14 avril 2020 lui a été transmis. La méconnaissance d'un dossier en cours était également au cœur de la défense de l'appel.
Le principe de l'égalité des chances est au cœur de la défense des défendeurs en appel devant la Cour des marchés.
105. En tout état de cause, il n'est pas possible qu'un fichier auprès de l'autorité de protection des données avec la même
même objet factuel que la demande d'une personne concernée, ne fait pas obstacle aux obligations
pour le responsable du traitement lorsqu'une personne concernée exerce ses droits au sens de
Articles 12 à 22 de l'AVG. Par conséquent, le délai prévu à l'article 12, paragraphe 3, ne peut en aucun cas être
être considérée comme suspendue ou interrompue en raison de la procédure à

Si le plaignant participait à la [réalisation du projet artistique A], il n'aurait plus le droit d'utiliser les données personnelles [du plaignant].
les données personnelles du [plaignant] (photos, nom, enregistrements vocaux, etc.)".
Décision sur le fond 02/2021 - 21/26
Autorité de protection des données.
106. L'article 12, paragraphe 3, de l'AVG stipule que le responsable du traitement doit "sans retard injustifié et, en tout état de cause
dans un délai d'un mois à compter de la réception de la demande" de fournir à la personne concernée (c'est-à-dire le plaignant) des informations sur le
(c'est-à-dire le plaignant) sur le suivi donné à la demande. Le deuxième défendeur
doit démontrer qu'elle a elle-même fourni ces informations13 et qu'elle ne le fait pas devant la Chambre de règlement des litiges dans cette affaire.
à la chambre de règlement des litiges.
107. La chambre de règlement des litiges note également que si - comme le prétend le deuxième défendeur - aucune suite ne pouvait être donnée à la demande du deuxième
La Chambre de règlement des litiges note également que si, comme le prétend le deuxième défendeur, la demande du plaignant n'a pas pu être satisfaite pour une raison quelconque, le deuxième défendeur n'a fourni cette information à aucun moment.
Le défendeur n'a pas fourni ces informations à aucun moment dans le délai d'un mois prévu à l'article 12, paragraphe 4
AVG. Sans parler du fait que le deuxième défendeur a fourni ces informations
sans délai.
108. Pour toutes les raisons qui précèdent, la deuxième défenderesse enfreint l'article 21, paragraphe 1, de l'AVG
et de l'article 12, paragraphe 3, de la loi sur les assurances.
3.5. Le droit à la portabilité des données (article 20 AVG)
109. L'article 20 est libellé comme suit :
"Droit à la portabilité des données
1. La personne concernée a le droit de transférer les données à caractère personnel la concernant qu'elle a transmises à un
1) La personne concernée a le droit d'obtenir la communication des données à caractère personnel la concernant qu'elle a transmises à un responsable du traitement, sous une forme structurée, couramment utilisée et lisible par machine, et
La personne concernée a le droit d'obtenir et de transférer à un autre responsable du traitement des données la concernant sous une forme structurée, compatible et lisible par machine.
à un autre responsable du traitement, sans être gêné d'aucune manière par le responsable du traitement auquel les données ont été fournies.
le responsable du traitement auquel les données à caractère personnel ont été communiquées, si :
a) le traitement est fondé sur un consentement au titre de l'article 6, paragraphe 1, point a), ou de l'article 9, paragraphe 2,
a) le traitement est fondé sur un consentement conformément à l'article 6, paragraphe 1, point a), ou en vertu d'un accord conformément à l'article 9, paragraphe 2, point b) ; et
b) le traitement est effectué par des moyens automatisés.
2. Dans l'exercice de son droit à la portabilité des données conformément au paragraphe 1, la personne concernée a le droit d'avoir
la personne concernée a le droit, dans la mesure où cela est techniquement possible
transféré directement d'un contrôleur à un autre.
transféré d'un contrôleur à un autre.
3. L'exercice du droit visé au paragraphe 1 du présent article est sans préjudice de l'article 17. Ce
Ce droit ne s'applique pas aux traitements nécessaires à l'exécution d'une mission effectuée dans l'intérêt public ou à l'exercice d'une
l'intérêt public ou dans l'exercice de l'autorité officielle dont est investi le contrôleur.
accordée au contrôleur.
4. Le droit visé au paragraphe 1 est sans préjudice des droits et libertés d'autrui. »
110. Dans le cadre d'une relation contractuelle, la plaignante a fourni des données à caractère personnel, telles que son nom et
image, au deuxième défendeur. Le deuxième défendeur a utilisé les données personnelles
des données personnelles - entre autres - dans le but de créer et de gérer une page de fan sur
Facebook, en vertu de l'article 6, paragraphe 1, point b), du TFUE, compte tenu de l'élément contractuel sous-jacent
relation. Par conséquent, le plaignant a le droit, en vertu de l'article 20 AVG, de faire supprimer les données le concernant de Facebook.

13 Articles 5(2) et 24 AVG. 
Décision sur le fond 02/2021 - 22/26
d'obtenir des données personnelles la concernant, en l'occurrence sous la forme des droits de gestion de la fan page qui porte son nom et
page de fan qui porte comme titre son nom et son prénom.
111. En insérant cet article dans l'AVG, le législateur européen a cherché à établir un contrôle
contrôle de ses propres données pour les personnes concernées, notamment dans un
en particulier dans un environnement numérique en ligne où les médias sociaux touchent un large public.
14

112. Conformément à l'article 20, paragraphe 2, de l'AVG, on peut attendre d'un
dans ce cas, le deuxième défendeur, de transférer des données à caractère personnel directement à un autre responsable du traitement.
être transférées directement à un autre responsable du traitement, en l'occurrence Facebook, afin que ce dernier puisse exercer l'autorité (de gestion) sur les données.
Facebook, afin que ce dernier puisse mettre la (les droits de gestion de la) page de fans à la disposition du plaignant.
au plaignant.
113. Il est vrai que de nombreux intérêts commerciaux peuvent être liés à la gestion d'une page de fans sur Facebook, comme dans le cas de Facebook.
Il est vrai que de nombreux intérêts commerciaux peuvent être liés à la gestion d'une page de fans sur Facebook, comme c'est ou était le cas dans la présente affaire.
114. Il est donc vrai qu'il est important de considérer le transfert de la fan page au plaignant, comme une
l'exercice d'un droit du plaignant en tant que personne concernée, en quelque sorte, d'être "pesé" contre
les droits et libertés du second défendeur en vertu de l'article 20, paragraphe 4, de l'AVG. Ce faisant
la Chambre de règlement des litiges tient compte du fait qu'il est possible que des données commerciales ainsi que
les données à caractère personnel (par exemple du premier défendeur en tant que responsable du deuxième défendeur) peuvent être transférées au deuxième défendeur.
défendeur), sont également transférés au plaignant.
115. Le législateur européen reconnaît explicitement que le droit au sens de l'article 20, paragraphe 1, de l'AVG peut également être exercé si les données personnelles sont utilisées à plusieurs fins.
Le législateur européen reconnaît explicitement que le droit visé à l'article 20, paragraphe 1, de l'AVG peut également être exercé si les données personnelles concernent plusieurs personnes.
15
116. La fanpage est étroitement liée à l'identité du plaignant ; après tout, la fanpage porte
avant tout le nom complet du plaignant en tant que titre, l'identifiant contient les initiales de ce nom et de ce prénom, les messages
l'anse contient les initiales de ce nom et de ce prénom, les messages sont affichés sur la page des fans du point de vue de la
du plaignant. On ne peut donc pas raisonnablement affirmer que les droits et libertés d'autrui sont disproportionnés
d'autres personnes seront affectées de manière disproportionnée par le transfert de cette page, en particulier
lorsqu'il s'agit du contrôleur lui-même.
117. Si le transfert empiète sur les droits et libertés de la seconde
Deuxième défendeur, ceci est la conséquence d'une relation contractuelle (antérieure) entre le plaignant et
le deuxième défendeur, et ses effets. Toutefois, cela ne justifie en aucun cas le "détournement" de
les données à caractère personnel d'une personne concernée et la protection juridique de celles-ci, en particulier lorsque la personne concernée a déjà indiqué qu'elle sera responsable du traitement.
avait déjà indiqué qu'il souhaitait prendre lui-même en charge la gestion de la fan page.16
118. La Chambre de règlement des litiges estime que le droit fondamental à la protection des données ne peut être restreint par les dispositions de la loi sur la protection des données (non-respect de ces dispositions).
La Chambre de règlement des litiges estime que le droit fondamental à la protection des données ne peut être limité par des revendications contractuelles inter partes (non-respect), sauf si c'est le cas.

14 Considérant 68 AVG : "Afin de renforcer encore le contrôle sur ses propres données, la personne concernée devrait, lorsque des données à caractère personnel sont
Afin de renforcer encore le contrôle sur ses propres données, la personne concernée devrait également avoir la possibilité, lorsque des données à caractère personnel sont traitées par des moyens automatisés, de contrôler les données à caractère personnel la concernant qu'elle communique à un sous-traitant.
Pour renforcer encore le contrôle de ses propres données, la personne concernée devrait également avoir la possibilité, lorsque des données à caractère personnel sont traitées par des moyens automatisés, de transmettre les données à caractère personnel la concernant à un responsable du traitement dans un format structuré, communément utilisé
format lisible par machine et interopérable et de les transférer à un autre contrôleur
transmission [...]".
15 Considérant 68 AVG : "[...] lorsque plusieurs personnes sont concernées par un ensemble donné de données à caractère personnel,
le droit de recevoir les données à caractère personnel ne doit pas porter atteinte aux droits et libertés des autres personnes concernées [...]".
16 Comparer avec le considérant 68 de l'AVG : "[...] En outre, ce droit devrait être sans préjudice du droit de la personne concernée d'obtenir la suppression de ses données à caractère personnel et des restrictions à l'exercice de ce droit".
En outre, ce droit devrait être sans préjudice du droit de la personne concernée de voir ses données à caractère personnel supprimées et des limitations de ce droit prévues par le présent règlement, et ne devrait notamment pas entraîner
en particulier, ne pas s'opposer au traitement des données à caractère personnel le concernant qui sont fournies par la personne concernée aux fins de l'exécution d'un contrat
dans la mesure et aussi longtemps que les données à caractère personnel sont nécessaires à l'exécution de ce contrat
effacé [...]". (La Chambre de résolution des litiges le souligne). 
Décision sur le fond 02/2021 - 23/26
serait pertinent pour la licéité du traitement.
119. La Chambre de résolution des litiges n'a pas connaissance d'une demande claire de la plaignante d'exercer son droit
d'exercer son droit à la portabilité des données avant que le plaignant ne porte plainte auprès de la
Autorité de protection des données en date du 5 mars 2020. Bien qu'il y ait eu des demandes orales de le faire par
le conseil du plaignant aurait été exprimé, il n'y a pas de preuve d'une demande préalable.
120. Le 14 avril 2020, le deuxième défendeur a été informé de l'affaire en cours
un dossier auprès de l'autorité de protection des données, et le deuxième défendeur a reçu une ordonnance du Tribunal
de la Chambre de règlement des litiges (en vertu de la décision 14/2020 fondée sur l'article 95, § 1, 5° WOG) à
se conformer à la demande de la plaignante d'exercer son droit à la portabilité des données.
pour exercer son droit à la portabilité des données.
121. Par l'annulation de la décision par la Cour des marchés, l'ordonnance de la
La chambre de règlement des litiges du 14 avril 2020 a été annulée. En conséquence, il n'y avait plus non plus de
l'obligation directe pour le second défendeur de se conformer à la demande de
le plaignant, étant donné que le deuxième défendeur n'avait qu'indirectement connaissance de la demande,
et a également résisté à la mise en œuvre de ce droit à la portabilité des données, comme en témoignent
le recours contre la décision 14/2020 devant la Cour du Marché, et la défense dans la procédure au fond devant la
mérite une procédure devant la chambre de règlement des litiges.
122. Ainsi, il n'existe actuellement aucune demande directe de la part du plaignant concernant le deuxième
Il n'y a donc actuellement aucune demande directe du plaignant concernant le deuxième défendeur, ni aucune ordonnance de la Chambre de règlement des litiges concernant le deuxième défendeur, selon laquelle le deuxième défendeur
ordonnance qui obligerait le deuxième défendeur à donner suite à la demande du plaignant au sens de l'article 3, paragraphe 1, point b), du statut du Tribunal de première instance.
le plaignant au sens de l'article 20 de la loi sur la protection des données (AVG).
123. En outre, le dossier montre que les droits de gestion de la fan page dans l'intervalle (depuis le 22 avril
2020) ont été transférés au plaignant par Facebook.
124. Comme la page de fan Facebook en question a déjà été transférée au plaignant, il n'y a de jure aucune
Violation de l'article 20, paragraphe 1, de l'AVG. Toutefois, le comportement du deuxième défendeur montre
Toutefois, il ressort du comportement du second défendeur qu'il n'a pas correctement répondu à la demande du plaignant en vertu de la disposition légale précitée.
en vertu de la disposition légale susmentionnée.
125 Par exemple, après avoir pris connaissance de la décision 14/2020, le second défendeur s'est mis à la page
"hors ligne" (c'est-à-dire que la page de fans continue d'exister, mais devient invisible pour les utilisateurs
de Facebook), avant que les droits de gestion ne soient transférés par Facebook à la plaignante.
Dans la procédure au fond devant la chambre de règlement des litiges, le défendeur a également fait valoir que, conformément à la
L'article 20, paragraphe 4, de l'AVG ne devait pas répondre à la demande de la personne concernée.
126. Pour toutes les raisons qui précèdent, la Chambre de Résolution des Litiges considère qu'il est nécessaire d'avertir le second défendeur
avertir le second défendeur qu'il doit prendre les mesures nécessaires pour assurer une
l'exercice des droits des personnes concernées, et en particulier le droit
le droit à la transférabilité, lorsque les personnes concernées en font la demande. 
Décision sur le fond 02/2021-24/26
4. Violations de l'AVG
127. La Chambre de Résolution des Litiges constate des violations des dispositions suivantes par le second défendeur
prouvé :
a. l'article 6(1) AVG, étant donné que le second défendeur a illégalement
traite illégalement les données à caractère personnel du plaignant par le biais de la page de fans Facebook en question ;
b. Article 21(1) j° c. Article 12(3) T&C, le deuxième défendeur n'ayant pas respecté le droit à un procès équitable
a exercé le droit d'opposition du plaignant et n'a pas pris de mesures suffisantes pour garantir
a pris des mesures suffisantes pour que la communication avec le plaignant, à la suite de l'exercice de ses droits, soit
ses droits, a été fournie sous la forme correcte et en temps utile.
128. La Chambre de Résolution des Litiges estime qu'il est approprié d'imposer une amende administrative d'un montant de
La Chambre de Résolution des Litiges estime qu'il est approprié d'imposer une amende administrative d'un montant de 10.000 € (article 83, paragraphe 2, de l'AVG ; article 100, §1, 13° WOG et article 101 WOG).
129. Compte tenu de l'article 83 AVG et de la jurisprudence17 de la Cour du Marché, le Litige
La Chambre de Résolution des Litiges motive l'imposition d'une amende administrative in concreto :
a. La gravité de la brèche :
Les dispositions violées font partie du noyau du règlement général
Protection des données, notamment en ce qui concerne la licéité du traitement et les droits des personnes concernées.
les droits des personnes concernées. Les violations des articles 6 et 21 de l'AVG précités donnent lieu aux plus
donner lieu au niveau le plus élevé de sanctions administratives pécuniaires au titre de l'article 83, paragraphe 5
AVG.
Il n'est pas acceptable pour la Chambre de résolution des litiges que des intérêts commerciaux de la part du second défendeur soient impliqués de quelque manière que ce soit.
La Chambre de Résolution des Litiges ne peut accepter que les intérêts commerciaux du second défendeur portent atteinte de quelque manière que ce soit aux droits du plaignant en vertu des articles 12 à 21 de l'AVG.
plaignant en vertu des articles 12 à 22 de l'AVG.
Il est frappant de constater que l'évaluation du dossier par la Chambre de règlement des litiges indique qu'une communication constructive et transparente, sans parler
La communication, et encore moins la coopération, entre le plaignant et le deuxième défendeur ne semble pas possible.
et le deuxième défendeur ne semble pas possible. Cela a au moins un effet indirect sur
les intérêts commerciaux du plaignant, sans avoir aucun contrôle sur ceux-ci.
Le fait que les données à caractère personnel du plaignant aient été, en quelque sorte, "mélangées" avec
les œuvres qui appartiennent au deuxième défendeur sur la page de fan sur Facebook, peuvent
Le plaignant peut difficilement être blâmé pour cela. Le fait que le second défendeur ait utilisé le ventilateur
pour les contacts professionnels avec les clients, ne peut pas faire obstacle aux droits et libertés du plaignant.
les droits et libertés du plaignant. En outre, le deuxième défendeur a eu
suffisamment de temps pour prendre les mesures nécessaires afin de déménager ou de déplacer ses propres œuvres, ses clients ou d'autres personnes.
supprimer ou déplacer, respectivement, les clients ou autres partenaires professionnels, et effacer les conversations avec eux.
contacter et supprimer les conversations avec eux.
b. La durée de l'infraction :

17 Cour d'appel de Bruxelles (section Cour des marchés), X c. GBA, arrêt 2020/1471 du 19 février 2020.
Décision sur le fond 02/2021 - 25/26
Le deuxième défendeur ne peut pas indiquer de base valable18 pour la légalité
du traitement des données à caractère personnel du plaignant conformément à l'article 6,
paragraphe 1 AVG après l'expiration des engagements pris entre elle et le plaignant le 3 novembre
2019. Cela signifie que le traitement illégal de données à caractère personnel a eu lieu pour
plus de 5 mois, jusqu'à ce que Facebook transfère la page de fan au plaignant
à la fin du mois d'avril 2020.
Pour établir la violation de l'article 21, paragraphe 1, de l'AVG, la chambre de règlement des litiges a précédemment
Pour déterminer la violation de l'article 21, paragraphe 1, de l'AVG, la Chambre de résolution des litiges avait déjà indiqué que le second défendeur n'avait pas donné suite à la demande de la plaignante dans les délais (cf.
Le deuxième défendeur n'a pas donné suite à la demande du plaignant dans les délais impartis, ce qui signifie que, par définition, l'infraction a duré trop longtemps.
long.
c. L'effet dissuasif nécessaire pour prévenir de nouvelles infractions :
Le second défendeur déséquilibre sa propre publicité
et les droits du plaignant en matière de protection des données personnelles.
Cela indique une méconnaissance de l'importance de la législation sur
la législation sur la protection des données personnelles, en vertu de laquelle la Chambre de règlement des litiges considère une
une sanction monétaire est jugée nécessaire.
La Chambre de résolution des litiges rappelle que les autres critères de l'article 83.2. AVG dans ce cas ne sont pas de cette nature
qu'ils entraînent une sanction administrative pécuniaire autre que celle que la Chambre de règlement des litiges a établie aux fins de la présente décision.
de cette décision.
130. Le 23 décembre 2020, la Chambre de Résolution des Litiges a transmis un formulaire de réponse contre une
a prévu d'infliger une amende au deuxième défendeur, en l'informant
que la Chambre de Résolution des Litiges avait l'intention d'imposer une amende de 10.000 euros au second défendeur.
EUR. La défenderesse a eu la possibilité de présenter des observations sur les circonstances particulières de l'affaire, le montant de l'amende et les motifs de celle-ci.
La défenderesse a eu la possibilité de commenter les circonstances particulières de l'affaire, le niveau de l'amende proposée et sa propre solidité financière.
sa propre force financière.
131. Compte tenu de l'importance de la transparence en ce qui concerne les décisions de la Chambre des litiges
Chambre de résolution des litiges, cette décision sera publiée conformément à l'article 100, §1, 16° WOG sur le site de l'Autorité de protection des données.
sur le site web de l'autorité de protection des données avec l'omission des données d'identification des parties, étant donné que ces données ne sont pas mentionnées dans la décision.
les données d'identification des parties, car ces données d'identification ne sont pas nécessaires et pertinentes
pertinents pour la publication de la décision.

18 Il appartient au responsable du traitement de démontrer le respect des dispositions de l'AVG,
conformément à l'article 5, paragraphe 2, de l'AVG.
Décision sur le fond 02/2021 - 26/26
POUR CES RAISONS,
la chambre de règlement des litiges de l'autorité de protection des données décide, après délibération :
a. sur la base de l'article 100, §1, 1° WOG, de rejeter la plainte contre le premier défendeur, compte tenu du fait que ce premier défendeur
car ce premier défendeur ne semble pas être un responsable du traitement des données conformément à l'article 4, paragraphe 7)
conformément à l'article 4, point 7) AVG pour les faits qui font l'objet de la présente plainte
de la présente plainte ;
b. mettre en demeure le second défendeur, conformément à l'article 58, paragraphe 2, point a), de l'AVG et à l'article 100, paragraphe 1, point 5, de la WOG
avertir le second défendeur qu'il peut exercer son droit à la portabilité des données (article 20, paragraphe 1, de l'AVG).
20(1) AVG) du plaignant. La demande d'exercice de ce droit avait été
La demande d'exercice de ce droit a été soulevée dans la plainte, et la Chambre de règlement des litiges considère que la deuxième
le second défendeur devrait se conformer à la demande si le second défendeur encore ou
Le défendeur avait toujours ou à nouveau les droits de gestion de la fan page.
Suite à l'intervention d'un autre responsable du traitement des données (Facebook), qui a transféré les droits de gestion au plaignant, le deuxième défendeur n'a pas pu agir.
a transféré les droits de gestion au plaignant, cette demande est cependant devenue sans objet
deviennent sans objet ;
c. sur la base de l'article 58, paragraphe 2, point i) j° de l'article 83 AVG et de l'article 100, § 13
et 101 WOG d'infliger une amende administrative de 10 000 euros au deuxième défendeur pour
deuxième défendeur pour la violation de l'article 6, paragraphe 1, de l'AVG en raison du traitement illicite de données personnelles
le traitement de données à caractère personnel par la détention de droits de gestion sur une page de fan de Facebook
La page de fan de Facebook portant le nom et le prénom du plaignant, et pour la
Violation de l'article 21, paragraphe 1j° Article 12, paragraphe 3 AVG en raison du non-respect de la demande du plaignant en bonne et due forme et en temps voulu
se conformer à la demande de la plaignante d'exercer son droit d'opposition.
exercer son droit d'opposition.
Cette décision peut faire l'objet d'un recours conformément à l'article 108, paragraphe 1, de la Convention sur la protection du patrimoine mondial dans un délai de trente jours à compter de sa notification.
délai de trente jours à compter de la notification, devant la Cour du Marché, avec
Autorité de protection des données en tant que défendeur.
Hielke Hijmans
Président de la chambre de règlement des litiges